www.papefrancois.fr
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

www.papefrancois.fr

Gratuitement, plus de 4200 discours ou homélies du Saint-Père, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser notre Moteur de Recherches ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -69%
Mallette pour PC portable 15,6 pouces
Voir le deal
7.99 €

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 Angélus : prendre soin des malades, mission intégrante de l’Église

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 4282
Date d'inscription : 17/03/2013

Angélus : prendre soin des malades, mission intégrante de l’Église Empty
07022021
MessageAngélus : prendre soin des malades, mission intégrante de l’Église

Angélus : prendre soin des malades, mission intégrante de l’Église Cq5dam.thumbnail.cropped.1000.563



« Proximité, tendresse et compassion: c’est le style de Dieu », a expliqué le pape François avant la prière de l’angélus de midi, ce dimanche 7 février 2021, depuis la fenêtre du bureau du palais apostolique du Vatican qui donne Place Saint-Pierre.

Paroles du pape François avant l’angélus :

Chers frères et soeurs, bonjour!

De nouveau sur la Place!

L’Évangile d’aujourd’hui (cf. Mc 1, 29-39) présente la guérison par Jésus de la belle-mère de Pierre et ensuite de nombreux autres malades et souffrants qui se serrent autour de lui. Celle de la belle-mère de Pierre est la première guérison physique racontée par Marc: la femme se trouvait au lit avec de la fièvre; l’attitude et le geste de Jésus envers elle sont emblématiques: « Il s’approcha d’elle et la fit se lever, la prenant par la main » (v. 31), note l’évangéliste. Il y a tant de douceur dans cet acte simple, qui semble presque naturel: « La fièvre la quitta et elle les servait » (ibid.). Le pouvoir de guérison de Jésus ne rencontre aucune résistance; et la personne guérie reprend sa vie normale, pensant immédiatement aux autres et non à elle-même – et cela c’est significatif, c’est un signe de vraie « santé »!

Ce jour-là était un samedi. Les gens du village attendent le coucher du soleil et ensuite, lorsque l’obligation de repos est terminée, ils sortent et amènent à Jésus tous les malades et les possédés. Et Lui, Il les guérit, mais il interdit aux démons de révéler qu’il est le Christ (cf. vv. 32-34). Dès le début donc, Jésus montre sa prédilection pour les personnes souffrant dans leur corps et dans leur esprit: c’est la prédilection de Jésus. la proximité  avec les personnes qui souffrent dans leur corps ou dans leur esprit. C’est la prédilection du Père, qu’il incarne et manifeste par des oeuvres et par des paroles. Ses disciples en ont été les témoins oculaires. Ils ont vu cela et ensuite, ils en ont témoigné.

Mais Jésus n’a pas seulement voulu qu’ils soient des spectateurs de sa mission: il les a impliqués, il les a envoyés, il leur a donné aussi le pouvoir de guérir les malades et de chasser les démons (cf. Mt 10, 1; Mc 6, 7). Et cela s’est poursuivi sans interruption dans la vie de l’Église, jusqu’à aujourd’hui. Et cela c’est important. Prendre soin des malades de toutes sortes n’est pas une « activité optionnelle » pour l’Église, non, ce n’est pas quelque chose d’accessoire, non: prendre soin des malades de toute sorte fait partie intégrante de la mission de l’Eglise, comme c’était celle de Jésus. Cette mission c’est d’apporter la tendresse de Dieu à l’humanité souffrante.

C’est ce que nous rappellera dans quelques jours le 11 février, la Journée mondiale du malade. La réalité que l’on est en train de vivre dans le monde entier à cause de la pandémie rend ce message particulièrement actuel, cette mission essentielle de l’Eglise.

La voix de Job, qui résonne dans la liturgie d’aujourd’hui, devient une fois encore l’interprète de notre condition humaine, si haute en dignité – notre condition humaine – très haute en dignité et en même temps si fragile. Face à cette réalité, la question monte toujours dans le cœur: « pourquoi? ».

A cette question, Jésus, le Verbe incarné, ne répond pas par une explication, à ce « pourquoi », nous sommes si hauts en dignité et si fragiles dans notre condition. Jésus ne répond pas à ce « pourquoi? » avec une explication mais par une présence d’amour qui se penche, qui prend par la main et fait se relever, comme il l’a fait avec la belle-mère de Pierre (cf. Mc 1, 31).

Se pencher pour faire se relever l’autre. N’oublions pas que la seule façon licite de regarder une personne de haut en bas c’est lorsque tu tends la main pour l’aider à se relever. La seule. Et cela, c’est la mission que Jésus a confiée à l’Eglise. Le Fils de Dieu manifeste sa Seigneurie non « d’en haut » vers le bas, pas à distance, mais en se penchant, en tendant la main. Il manifeste sa seigneurie dans la proximité, dans la tendresse, et dans la compassion. Proximité, tendresse et compassion, c’est le style de Dieu. Dieu se fait proche. Et il se fait proche avec tendresse et avec compassion. Combien de fois ne lit-on pas dans l’Evangile que devant à un problème de santé ou quelque soit le problème, « il en eut compassion ». La compassion de Jésus, la proximité de Dieu en Jésus. C’est le style de Dieu.

L’Évangile d’aujourd’hui nous rappelle aussi que cette compassion plonge ses racines dans la relation intime avec le Père: parce qu’avant l’aube et après le coucher du soleil, Jésus se retirait et il restait seul pour prier (v. 35). De là, il puisait la force d’accomplir son ministère, en prêchant et en faisant des guérisons.

Que la Sainte Vierge nous aide à nous laisser guérir par Jésus – nous en avons toujours besoin, tous – pour pouvoir être à notre tour témoins de la tendresse de Dieu qui guérit.
------------------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : redditgoogle

Angélus : prendre soin des malades, mission intégrante de l’Église :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Angélus : prendre soin des malades, mission intégrante de l’Église

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
www.papefrancois.fr  :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: