www.papefrancois.fr
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

www.papefrancois.fr

Gratuitement, 4700 discours ou homélies du Saint-Père, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser notre Moteur de Recherches ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  
Etant en retraite Ignatienne à l'Abbaye St Joseph de Clairval du 13 au 18 juillet prochains, ce site ne sera mis à jour qu'à mon retour...Durant cette retraite, je prierai pour vous tous qui visitez ce site ...
Le Deal du moment : -30%
-30% Lego Classic – La valisette de construction ...
Voir le deal
10.49 €
Le deal à ne pas rater :
Apple AirPods Pro à 199€
199.99 €
Voir le deal

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 «N'oublions pas le drame de la Syrie et des chrétiens d'Orient»

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar


Messages : 4739
Date d'inscription : 17/03/2013

«N'oublions pas le drame de la Syrie et des chrétiens d'Orient» Empty
20062022
Message«N'oublions pas le drame de la Syrie et des chrétiens d'Orient»

«N'oublions pas le drame de la Syrie et des chrétiens d'Orient» Cq5dam.web.800.800


Dans son discours au Synode de l'Église grecque melkite, ce lundi 20 juin 2022, le Pape François évoque la Syrie, pays aimé et martyrisé, les «milliers de morts et de blessés» et les «millions de réfugiés à l'intérieur et à l'extérieur». Il exprime sa préoccupation pour la survie des fidèles dans la région et lance un appel : il faut trouver une solution juste et équitable au drame.

Aux Membres du synode de l'Église grecque melkite :

Chers frères dans l'épiscopat !

Je suis heureux de vous accueillir ce matin, au début des travaux du Synode des Évêques de l'Église Patriarcale d'Antioche des Grecs-Melkites. Je remercie le Patriarche, un grand ami, Sa Béatitude Youssef Absi, pour les paroles qu'il m'a adressées.

Vous avez demandé de pouvoir célébrer votre convocation annuelle à Rome, sur les tombes des saints Apôtres Pierre et Paul, et sur celles de nombreux martyrs qui ont donné leur vie par fidélité au Seigneur Jésus. Nous avons besoin de leur intercession, car même à notre époque, dans une société que certaines analyses définissent comme "liquide", aux liens légers qui multiplient la solitude et l'abandon des plus fragiles, la communauté chrétienne devrait avoir le courage de témoigner du nom du Christ, auteur et perfecteur de notre foi. Parmi les Successeurs de Pierre, il y en a aussi qui sont nés en Syrie, et cela nous fait sentir d'une part le souffle catholique de l'Église de Rome, appelée à présider à la charité et à avoir la sollicitudo Ecclesiarum omnium, et d'autre part nous fait aller pèlerins dans le pays où certains d'entre vous, à commencer par le patriarche Youssef, sont évêques : la Syrie bien-aimée et tourmentée.

Les drames de ces derniers mois, qui nous obligent malheureusement à tourner notre regard vers l'Europe de l'Est, ne doivent pas nous faire oublier ce qui se passe dans votre pays depuis douze ans. Je me souviens, la première année de mon pontificat, quand on préparait un bombardement sur la Syrie, qu'on appelait une nuit de prière ici, à Saint-Pierre, alors aussi il y avait le Saint-Sacrement et la place pleine, qui priait. Il y avait aussi des musulmans, qui avaient apporté leur tapis et prié avec nous. Et là est née cette expression : « La Syrie bien-aimée et tourmentée ». Des milliers de morts et de blessés, des millions de réfugiés internes et étrangers, l'impossibilité d'entamer la nécessaire reconstruction. Il m'est arrivé plus d'une fois de rencontrer et d'entendre l'histoire d'un jeune Syrien venu ici, et j'ai été frappé par le drame qu'il portait en lui, pour ce qu'il a vécu et vu, mais aussi son regard, presque vidé d'espoir. . , incapable de rêver d'avenir pour sa terre. Nous ne pouvons pas permettre que même la dernière étincelle d'espoir soit ôtée des yeux et du cœur des jeunes et des familles ! Et je renouvelle donc mon appel à tous ceux qui ont des responsabilités, tant à l'intérieur du pays qu'au sein de la communauté internationale, afin qu'une solution équitable et juste à la tragédie syrienne puisse être trouvée.

Vous, évêques de l'Église gréco-melkite, êtes appelés à vous interroger sur la manière dont, en tant qu'Église, vous portez votre témoignage : héroïque oui, généreux, mais qui a toujours besoin d'être placé à la lumière de Dieu pour qu'il soit purifiée et renouvelée. Ecclesia sempre reformanda. Vous êtes un synode, en raison de ces caractéristiques qui ont été reconnues comme Église patriarcale, et il est nécessaire que vous vous interrogez sur le style synodal de votre être et d'agir, selon ce que j'ai demandé à l'Église universelle : votre capacité à vivre la communion de prière et d'intentions entre vous et avec le Patriarche, entre les Evêques et les prêtres et les diacres, avec les religieux et les religieuses, et avec les fidèles laïcs, tous ensemble formant le saint Peuple de Dieu.

Vous vous souciez à juste titre de la survie des chrétiens au Moyen-Orient - moi aussi : c'est un souci ! -, une demande avec laquelle je suis entièrement d'accord ; et d'autre part, depuis des décennies, la présence de l'Église melkite a une dimension mondiale. Le patriarche m'a demandé d'ordonner des évêques de nombreux endroits : il y a des éparchies pour l'Australie et l'Océanie, aux États-Unis et au Canada, au Venezuela et en Argentine, pour n'en nommer que quelques-unes ; et il y a beaucoup de fidèles aussi en Europe, bien qu'ils n'aient pas encore eu la possibilité d'être rassemblés dans leurs propres circonscriptions ecclésiastiques. Cet aspect représente sans aucun doute un défi, ecclésial mais aussi culturel et social, non sans difficultés et obstacles. En même temps, c'est aussi une grande opportunité : rester enraciné dans ses traditions et ses origines, tout en s'ouvrant à l'écoute des temps et des lieux où vous êtes dispersés, pour répondre à ce que le Seigneur demande aujourd'hui à votre Église.

Au sein du Synode, je vous encourage à exercer vos compétences avec une grande sagesse : je sais que des réflexions ont commencé dans certaines Églises orientales sur le rôle et la présence des Évêques émérites, en particulier ceux de plus de quatre-vingts ans, qui dans certains Synodes sont en nombre constant. Un autre chapitre est celui des élections des évêques, pour lequel je vous demande de toujours bien réfléchir et de prier l'Esprit Saint de vous éclairer, en préparant de manière adéquate et bien à l'avance le matériel et les informations sur les différents candidats, en dépassant toute logique partisane et équilibre entre les ordres religieux d'origine. Je vous exhorte - et je vous remercie de l'engagement que vous y mettrez - à faire briller le visage de l'Église, que le Christ a acquis par son Sang, en écartant les divisions et les murmures, qui ne font que scandaliser les petits et disperser les troupeau qui vous est confié. Là-dessus je m'arrête : gare aux bavardages. S'il vous plaît, rien. Si l'un a quelque chose à dire à l'autre, dites-le en face, avec charité, mais en face. En tant qu'hommes. Il peut le dire en face seul, il peut le dire en face devant les autres : correction fraternelle. Mais ne papotez jamais sur l'autre avec un autre, cela ne se fait pas. C'est un ver qui détruit l'Église. Nous sommes courageux. Regardons comment Paul a dit beaucoup de choses au visage de Giacomo. Aussi à Pierre. Et puis il y a l'unité, la vraie unité, entre les hommes. Arrêtez toutes sortes de bavardages, s'il vous plaît. Et puis le peuple est scandalisé : regardez les prêtres, regardez les évêques, ils s'épluchent entre eux ! Je recommande : ce que vous avez à vous dire, en face, toujours.

Je bénis cordialement chacun de vous et votre travail synodal. Que la Sainte Vierge, Mère de l'Église, vous accompagne. Et je vous demande la charité de prier pour moi. J'en ai besoin. Merci !
-----------------------------------------------------------
Source : www.vatican.va
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : redditgoogle

«N'oublions pas le drame de la Syrie et des chrétiens d'Orient» :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

«N'oublions pas le drame de la Syrie et des chrétiens d'Orient»

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Pape exprime son soutien aux chrétiens d’Irak et de Syrie
» Syrie: "Plus jamais de telles tragédies!"
» Des solutions justes pour la Syrie
» Syrie : Non à la mondialisation de l'indifférence ! (texte intégral)
» Géorgie: le pape prie pour l’Irak et la Syrie

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
www.papefrancois.fr  :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: