www.papefrancois.fr

Gratuitement, plus de 3800 discours ou homélies, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser le Moteur de Recherches de ce site ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  
Chers frères et sœurs en Jésus-Christ qui visitez, actuellement, ce site, je vous souhaite une

BONNE ET SAINTE ANNÉE 2020 !

(Philippe)


(contact : newspapefrancois@free.fr )

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez
 

 Messe à Ste-Marthe: « Savoir ce qui se passe dans son cœur »

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3824
Date d'inscription : 17/03/2013

Messe à Ste-Marthe: « Savoir ce qui se passe dans son cœur »  Empty
07012020
MessageMesse à Ste-Marthe: « Savoir ce qui se passe dans son cœur »

Messe à Ste-Marthe: « Savoir ce qui se passe dans son cœur »  0


Le don du discernement de ce qui « se passe dans le coeur »: c’est ce que le pape souhaite aux baptisés à l’occasion de son homélie pour sa messe matinale à Sainte-Marthe, ce mardi 7 janvier 2020.

À partir de la lecture, issue de la première lettre de saint Jean, il a rappelé que l’Esprit Saint n’est pas seulement «la colombe», mais avant tout celui qui nous permet de «demeurer en Dieu». Il a aussi invité les fidèles à examiner leur conscience pour percevoir ce qui est inspiré par l’esprit du monde, qui conduit au pire des péchés: la corruption.

La vie chrétienne consiste à demeurer en Dieu, en laissant agir en soi l’Esprit Saint et non l’esprit du monde. «Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit», rappelle saint Jean dans sa première lettre (1 Jn 3,24), dont est issue la lecture du jour (1 Jn 3,22 – 4,6 ce mardi 7 janvier en Italie).

Ne plus savoir distinguer le bien du mal

On peut «être dans les villes les plus peccamineuses, dans les sociétés les plus athées, mais si le cœur demeure en Dieu», a souligné le Pape, alors on peut y apporter le salut. Et François de rappeler l’épisode raconté dans les Actes des Apôtres, où des apôtres arrivent dans une ville et rencontrent des chrétiens baptisés par Jean. Ils leur demandent: «Avez-vous reçu l’Esprit Saint?», mais ces baptisés ne savaient même pas qu’il existait. Combien de chrétiens, a déploré le Saint-Père, aujourd’hui encore associent l’Esprit Saint seulement à la colombe, tout en ignorant  que «c’est ce qui fait demeurer dans le Seigneur» et donne «la garantie, la force» pour cela.

Le Souverain Pontife a ensuite évoqué l’esprit du monde, qui est contraire à l’Esprit Saint. «Jésus, lors de la dernière Cène, ne demande pas au Père d’éloigner les disciples du monde, […] mais de les protéger de l’esprit du monde» qui est «encore pire que de commettre un péché. C’est une atmosphère qui vous rend inconscient, qui vous conduit à un point où vous ne savez pas reconnaître le bien du mal», a expliqué François.

Demander l’aide de l’Esprit Saint

Pour demeurer en Dieu, «nous devons demander ce don» de l’Esprit Saint par qui «nous savons que nous restons dans le Seigneur». Mais comment pouvons-nous savoir si nous suivons l’Esprit Saint ou l’esprit du monde? Saint Paul donne un conseil, a rappelé le Pape: «Ne contristez pas l’Esprit Saint. Quand nous allons vers l’esprit du monde, nous contristons l’Esprit Saint et nous l’ignorons, nous le laissons de côté et notre vie prend un autre chemin».

L’esprit du monde se manifeste aussi par l’oubli. «Le péché ne vous détourne pas de Dieu si vous le réalisez et demandez pardon, mais l’esprit du monde vous fait oublier ce qu’est le péché», a poursuivi le Saint-Père, avant d’évoquer un film récemment visionné, dans lequel des chrétiens célébraient le Nouvel An dans une ville touristique d’un pays chrétien, «avec une terrible mondanité, en gaspillant de l’argent et beaucoup d’autres choses». «Est-ce un péché ?» – «Non, c’est de la corruption, c’est pire que le péché», a estimé le Pape. «L’Esprit Saint vous conduit à Dieu, et si vous péchez, l’Esprit Saint vous protège et vous aide à vous relever, mais l’esprit du monde vous conduit à la corruption, au point que vous ne savez plus ce qui est bon et ce qui est mauvais: tout se ressemble, tout est pareil».

S’interroger sur le chemin suivi

Mais comment savoir si «je suis sur le chemin de la mondanité, de l’esprit du monde, ou si je suis l’Esprit de Dieu» ? L’apôtre Jean nous donne un conseil: «Bien-aimés, ne vous fiez pas à n’importe quelle inspiration, mais examinez les esprits pour voir s’ils sont de Dieu» (1 Jn 4,1). Mais que signifie examiner l’esprit? D’après le Saint-Père, «c’est simplement ceci: quand vous ressentez quelque chose, quand vous avez envie de faire quelque chose, ou que vous avez une idée, un jugement de quelque chose, demandez-vous: est-ce que c’est ce que je ressens de l’Esprit de Dieu ou de l’esprit du monde ?»

Il s’agit de se demander «une, deux fois par jour, ou quand vous ressentez quelque chose qui vous vient à l’esprit»: ce que je ressens, ce que je veux faire, d’où cela vient-il? «De l’esprit du monde ou de l’esprit de Dieu? Cela me fera-t-il du bien ou cela me jettera-t-il sur la voie de la mondanité qui est une inconscience ?».

De l’importance de l’examen de conscience

Beaucoup de chrétiens, a déploré le Pape, «vivent sans savoir ce qui se passe dans leur cœur». C’est pourquoi saint Paul et saint Jean recommandent de ne pas se conformer à n’importe quel esprit, à ce que l’on ressent, mais de le mettre à l’épreuve. Et ainsi «nous saurons ce qui se passe dans nos cœurs». «Beaucoup de chrétiens ont le cœur comme une route et ne savent pas ce qui va et vient, […] parce qu’ils ne savent pas examiner ce qui se passe à l’intérieur», a mis en garde François.

«C’est pourquoi, a-t-il indiqué aux fidèles, je vous recommande de prendre un peu de temps chaque jour avant de vous coucher ou à midi – quand vous le voulez – [et de vous demander]: qu’est-ce qui est passé dans mon cœur aujourd’hui? Qu’est-ce que je voulais faire, penser? Quel est l’esprit qui a animé mon cœur? L’Esprit de Dieu, le don de Dieu, l’Esprit Saint qui me fait toujours avancer à la rencontre du Seigneur ou l’esprit du monde qui m’éloigne doucement, lentement du Seigneur; c’est un glissement lent, lent, lent».

Le Souverain Pontife a conclu par une prière: demander la grâce «de demeurer dans le Seigneur» et prier «l’Esprit Saint, afin qu’il nous fasse demeurer dans le Seigneur et nous donne la grâce de distinguer les esprits, c’est-à-dire ce qui est à l’œuvre en nous. Que notre cœur ne soit pas une route», mais qu’il soit le point de rencontre entre nous et Dieu, a enfin souhaité François.
-------------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Messe à Ste-Marthe: « Savoir ce qui se passe dans son cœur » :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Messe à Ste-Marthe: « Savoir ce qui se passe dans son cœur »

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
www.papefrancois.fr  :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: