Sur www.papefrancois.fr

Gratuitement, plus de 3500 discours ou homélies, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  
JE SERAI A LOURDES DU 13 AU 21 /07/2019 ...ce site sera mis a jour dès mon retour(votre frère Philippe)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez
 

 Vie franciscaine : il faut une formation pour « se conformer au Christ »

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3571
Date d'inscription : 17/03/2013

Vie franciscaine : il faut une formation pour « se conformer au Christ »  Empty
19062019
MessageVie franciscaine : il faut une formation pour « se conformer au Christ »

Vie franciscaine : il faut une formation pour « se conformer au Christ »  Audience-franciscains


Le pape François a reçu en audience les participants au Chapitre général de l’Ordre des Frères mineurs conventuels, ce lundi 17 juin 2019, dans la Salle Clémentine du Palais apostolique du Vatican. Il a dessiné les qualités des formateurs : « solides et experts dans l’écoute et dans les chemins qui conduisent à Dieu, capables d’accompagner les autres sur ce parcours » et connaissant « l’art du discernement et de l’accompagnement ».

Discours du pape François :

Chers frères,

Je vous souhaite cordialement la bienvenue à tous, membres du Chapitre général de votre Ordre. Je remercie le nouveau Ministre général, Frère Carlos Trovarelli. Je lui adresse, ainsi qu’aux définisseurs généraux, mes félicitations pour la confiance que les frères leur ont accordée.

Récemment, le Saint-Siège a approuvé vos Constitutions renouvelées au Chapitre général extraordinaire de l’été dernier. Pour intégrer cette révision, vous avez maintenant abordé et approuvé les nouveaux Statuts généraux qui touchent à des éléments essentiels de votre vie fraternelle et missionnaire, comme la formation, l’interculturalité, le partage et la transparence dans la gestion économique. Ce travail est fatiguant mais c’est une fatigue utile ! En effet, les Constitutions sont l’instrument nécessaire pour protéger le patrimoine charismatique d’un Institut et en assurer la transmission future. De fait, elles expriment la modalité concrète de la ‘suite du Christ’ proposée par l’Évangile, règle absolue de vie pour tous les consacrés et particulièrement pour les disciples de saint François d’Assise qui, dans leur profession, s’engagent à « vivre selon la forme du saint Évangile » (cf. Saint François, Testament, 14). Je suis très frappé par ce conseil de François à ses frères : « Prêchez l’Évangile, si nécessaire aussi par les paroles » : c’est une manière de vivre. Si chaque vie consacrée « naît de l’écoute de la Parole de Dieu et de l’accueil de l’Évangile comme norme de vie » (Synode des évêques sur la Parole de Dieu, Propositio 24), la vie franciscaine, dans toutes ses manifestations, naît de l’écoute du saint Évangile, comme nous le montre le ‘Poverello’ à la Portioncule lorsqu’après avoir écouté le récit de la ‘sequela’, il s’exclame : « C’est ce que je veux, ce que je demande, ce à quoi j’aspire de tout mon cœur ! » (Thomas de Celano, Vita Prima, IX, 22).

L’Évangile est pour vous, chers frères, « règle et vie » (Saint François, Règle I, 1) et votre mission n’est rien d’autre que d’être un évangile vivant, « exégèse vivante de la Parole », disait Benoît XVI (Exhort. ap. postsyn. Verbum Domini, 83). L’Évangile doit être votre ‘vademecum’. Écoutez-le toujours avec attention, priez avec et, à l’exemple de Marie, « Vierge faite Église » (cf. saint François, Salut à la Bienheureuse Vierge Marie, 1), méditez-le avec assiduité de sorte qu’en l’assimilant, vous conformiez votre vie à la vie du Christ.

Cette voie de ‘sequela’ se caractérise avant tout par la fraternité, que François ressentait comme un don : « Le Seigneur me donna des frères » (Testament, 14). La fraternité est un don à accueillir avec gratitude. C’est une réalité toujours « en chemin », en construction et qui demande pour cela la contribution de tous, sans que personne ne s’exclut ou ne soit exclu ; dans laquelle il n’y a pas de « consommateurs » mais des constructeurs (cf. Constit. Gén. OFMConv, 55,5). Une réalité dans laquelle peuvent se vivre des parcours d’apprentissage continuel, d’ouverture à l’autre, d’échange réciproque ; une réalité accueillante, disposée et disponible pour accompagner, une réalité où il est possible de faire une pause dans la vie quotidienne pour cultiver le silence et le regard contemplatif, et ainsi reconnaître en elle l’empreinte de Dieu ; une réalité où vous vous considérez tous comme des frères, tant les ministres que les autres membres de la fraternité ; une expérience où chacun est appelé à aimer et à nourrir son frère, comme une mère aime et nourrit son propre enfant (cf. saint François, Première règle, IX,11). Je vous exhorte à alimenter votre fraternité par l’esprit de sainte oraison et dévotion « auquel doivent servir toutes les autres choses temporelles » (Id, Règle, V, 2). Ainsi votre vie fraternelle en communauté devient une forme de prophétie dans l’Église et dans le monde ; et elle devient école de communion, à toujours exercer, à l’exemple de François, en relation d’amour et d’obéissance avec les pasteurs.

Une autre caractéristique de votre forme de vie est la minorité. J’aime beaucoup cela : penser à votre minorité. C’est un choix difficile parce qu’il s’oppose à la logique du monde, selon laquelle on cherche le succès à tout prix, on désire occuper les premières places et être considéré comme des seigneurs. François vous demande d’être des mineurs, à l’exemple de Jésus qui n’est pas venu pour être servi  mais pour servir (cf. Mt 20,27-28) et qui nous dit : « Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous » (Mc 10,43-44). Que ce soit votre unique ambition : vous faire serviteur, vous servir les uns les autres. Ainsi vécue, votre existence sera une prophétie dans ce monde où l’ambition du pouvoir est une grande tentation.

Prêchez la paix. La salutation franciscaine qui vous distingue est « Paix et bien ! », « Shalom we tob » en hébreu, que nous pouvons bien traduire par réconciliation : réconciliation avec soi-même, avec Dieu, avec les autres et avec les créatures, c’est-à-dire vivre en harmonie : paix qui t’apporte l’harmonie. C’est une réconciliation à cercles concentriques, qui part du cœur et s’étend à l’univers – mais en réalité qui part du cœur de Dieu, du cœur du Christ. La réconciliation est le prélude à la paix que Jésus nous a laissée (cf. Jn 14,27). Une paix qui n’est pas l’absence de problèmes mais qui vient avec la présence de Dieu en nous et qui se manifeste dans tout ce que nous sommes, faisons et disons. Puissiez-vous être des messagers de la paix, avant tout par votre vie et ensuite par vos paroles. Puissiez-vous être à tout moment des instruments de pardon et de miséricorde. Que vos communautés soient des lieux où l’on expérimente la miséricorde, comme vous le demande saint François dans sa Lettre à un Ministre : « Voici à quoi je reconnaîtrai que tu aimes le Seigneur, et que tu m’aimes, moi, son serviteur et le tien : si n’importe quel frère au monde, après avoir péché autant qu’il est possible de pécher, peut rencontrer ton regard, demander ton pardon, et te quitter pardonné.
S’il ne demande pas pardon, demande-lui, toi, s’il veut être pardonné. Et même si après cela il péchait encore mille fois contre toi, aime-le plus encore que tu m’aimes, et cela pour l’amener au Seigneur. Aie toujours pitié de ces malheureux. » (9-11). Il n’y a pas de paix sans réconciliation, sans pardon, sans miséricorde. Seul celui qui a un cœur réconcilié peut être « ministre » de la miséricorde, constructeur de paix.

Pour tout cela, une formation adéquate est nécessaire. Un chemin de formation qui favorise chez les frères une conformation toujours plus totale au Christ. Une formation intégrale qui implique toutes les dimensions de la personne. Une formation personnalisée et permanente, en tant qu’itinéraire qui dure toute la vie. Une formation du cœur, qui change notre manière de penser, de sentir et de nous comporter. Une formation à la fidélité, bien conscients qu’aujourd’hui nous vivons dans la culture du provisoire, que le « pour toujours » est très difficile et que les choix définitifs ne sont pas à la mode. Dans ce contexte, il faut des formateurs solides et experts dans l’écoute et dans les chemins qui conduisent à Dieu, capables d’accompagner les autres sur ce parcours (cf. saint Jean-Paul II, Exhort. ap. Vita consecrata, 65,66) ; des formateurs qui connaissent l’art du discernement et de l’accompagnement. C’est seulement ainsi que nous pourrons contenir, au moins en partie, l’hémorragie des abandons qui touche la vie sacerdotale et consacrée.

Chers frères, je vous donne de tout cœur la bénédiction apostolique ainsi qu’à toutes les communautés de votre Ordre. Je prie pour vous. Et cela me console aussi que le Ministre général ait dit que vous prierez pour moi. Merci !
--------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Vie franciscaine : il faut une formation pour « se conformer au Christ » :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Vie franciscaine : il faut une formation pour « se conformer au Christ »

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Sur www.papefrancois.fr  :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: