www.papefrancois.fr

Gratuitement, plus de 3500 discours ou homélies, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez
 

 Angélus : vivre sur cette terre avec la nostalgie du Ciel

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 3582
Date d'inscription : 17/03/2013

Angélus : vivre sur cette terre avec la nostalgie du Ciel  Empty
11082019
MessageAngélus : vivre sur cette terre avec la nostalgie du Ciel

Angélus : vivre sur cette terre avec la nostalgie du Ciel  0010



« Jésus prie pour nous, il nous regarde et prie le Père pour nous. Jésus nous sert à présent, il est notre serviteur » a encouragé le pape François à l’angélus de ce dimanche midi, 11 août 2019.

Paroles du pape avant l’angélus :

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans l’extrait de l’Évangile du jour (cf. Lc 12,32-48), Jésus appelle ses disciples à une veille continuelle. Pourquoi ? Pour saisir le passage de Dieu dans leur vie, parce que Dieu passe continuellement dans la vie. Et il montre les modalités pour bien vivre cette veille : « Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées. » (v. 35). C’est la modalité. Tout d’abord « la ceinture autour des reins », une image qui rappelle l’attitude du pèlerin, prêt pour se mettre en chemin. Il s’agit de ne pas s’enraciner dans des demeures confortables et rassurantes, mais de s’abandonner, d’être ouvert avec simplicité et confiance au passage de Dieu dans notre vie, à la volonté de Dieu, qui nous conduit vers le but suivant. Le Seigneur marche souvent avec nous, et si souvent il nous accompagne par la main, pour nous conduire, pour que nous ne nous trompions pas sur ce chemin difficile. En effet, celui qui fait confiance à Dieu sait bien que la vie de foi n’est pas quelque chose de statique, mais est dynamique : la vie de foi est un parcours continu, pour se diriger vers des étapes toujours nouvelles, que le Seigneur indique jour après jour. Parce qu’il est le Seigneur des surprises, le Seigneur des nouveautés, mais des vraies nouveautés.

Puis il nous est demandé de garder « les lampes allumées », pour être en mesure d’éclairer l’obscurité de la nuit. C’est-à-dire que nous sommes invités à vivre une foi authentique et mature, capable d’éclairer les nombreuses “nuits” de la vie. Nous le savons, nous avons tous vécu des jours qui étaient de vraies nuits spirituelles. La lampe de la foi demande d’être nourrie en continu, par la rencontre cœur à cœur avec Jésus dans la prière et dans l’écoute de sa Parole. Je redis quelque chose que je vous ai dit si souvent : portez toujours un petit Évangile dans votre poche, dans votre sac, pour le lire. C’est une rencontre avec Jésus, avec la Parole de Jésus. Cette lampe nous est confiée pour le bien de tous : personne, donc, ne peut se retirer dans l’inimité sur soi, dans la certitude de son salut, désintéressé des autres. C’est un fantasme de croire que l’on peut s’éclairer soi-même de l’intérieur. C’est un fantasme. La vraie foi ouvre le cœur au prochain et incite à la communion concrète avec les frères, surtout avec ceux qui se trouvent dans le besoin.

Jésus, pour faire comprendre cette attitude, raconte ensuite la parabole des serviteurs qui attendent le retour du maître qui rentre des noces. (vv. 36-40), présentant un autre aspect de la veille : être prêts pour la rencontre ultime et définitive avec le Seigneur. Chacun de nous vivra ce jour de la rencontre. Chacun de nous a une date de rencontre définitive. Le Seigneur dit « Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller ; … S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !» (vv. 37-38). Par ces paroles, le Seigneur nous rappelle que la vie est un chemin vers l’éternité ; par conséquent, nous sommes appelés à faire fructifier tous les talents que nous avons, sans jamais oublier que « la ville que nous avons ici-bas n’est pas définitive : nous recherchons la ville qui doit venir » (He 13,14). Dans cette perspective, chaque instant devient précieux, c’est pourquoi il faut vivre et agir sur cette terre en ayant dans le cœur la nostalgie du ciel. Les pieds sur la terre, marcher sur la terre, travailler sur la terre, faire le bien sur la terre, avec le cœur nostalgique du ciel.

Nous ne pouvons pas vraiment comprendre en quoi consiste cette joie suprême, cependant Jésus nous le fait sentir avec la comparaison du maître qui, trouvant les serviteurs encore éveillés à son retour, « c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir » (v. 37). La joie éternelle du paradis se manifeste ainsi : la situation se renversera, et ce ne seront plus les serviteurs, c’est-à-dire nous, qui serviront Dieu, mais Dieu même se mettra à notre service. Jésus le fait dès à présent. Jésus prie pour nous, il nous regarde et prie le Père pour nous. Jésus nous sert à présent, il est notre serviteur. Cela sera la joie définitive. La pensée de la rencontre finale avec le Père, riche en miséricorde, nous remplit d’espérance, et nous stimule à l’engagement constant pour notre sanctification et pour construire un monde plus juste et fraternel.

Que la Vierge Marie, par son intercession maternelle, soutienne notre engagement.

Paroles du pape après l’angélus :

Demain l’on célèbre le 70e anniversaire des Conventions de Genève, d’importants instruments juridiques internationaux qui imposent des limites à l’utilisation de la force et sont destinés à la protection des civils et des prisonniers en temps de guerre. Que cet anniversaire puisse rendre les Etats toujours plus conscients de la nécessité incontournable de protéger la vie et la dignité des victimes des conflits armés. Tous sont tenus d’observer les limites imposées par le droit international humanitaire, en protégeant les populations sans défense et les structures civiles, spécialement les hôpitaux, les écoles, les lieux de culte, les camps de réfugiés. Et n’oublions pas que la guerre et le terrorisme sont toujours une grave perte pour toute l’humanité. Ils sont la grande défaite humaine.

Je vous salue tous, romains et pèlerins de divers pays : familles, groupes paroissiaux, associations. De nombreux jeunes sont aussi présents aujourd’hui. Je vous salue avec affection ! En particulier, les adolescents de Saccolongo et ceux de Creola; le groupe de la pastorale des jeunes de Vérone ; et les jeunes de Cittadella.

Je souhaite à tous un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon appétit et au-revoir.
--------------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Angélus : vivre sur cette terre avec la nostalgie du Ciel :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Angélus : vivre sur cette terre avec la nostalgie du Ciel

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
www.papefrancois.fr  :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: