Gratuitement, tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr

Plus de 3000 discours ou homélies, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  




Cet été (ou une autre période) si vous voulez vous mettre au service des malades, à Lourdes,
découvrez l'HNDL, l'Hospitalité Notre-Dame de Lourdes,
et venez à la rencontre d'hospitalier(e)s des 5 continents !

Visitez le site :
https://www.lourdes-france.org/hospitalite-dame-lourdes
et inscrivez-vous !
Pour tout renseignement, n'hésitez-pas à me contacter à :
newspapefrancois@free.fr
Merci par avance et, qui sait, nous pourrions nous rencontrer à Lourdes cet été !
(J'y suis du 18 au 24 juillet 2018)
philippe, votre frère en Christ


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Angélus : pour Dieu personne n’est un « intrus »

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3077
Date d'inscription : 17/03/2013

01072018
MessageAngélus : pour Dieu personne n’est un « intrus »




« Tout le monde est admis sur le chemin du Seigneur : personne ne doit se sentir un intrus, un abuseur ou un illégitime », a affirmé le pape François à l’angélus de ce 1er juillet 2018 : « pour avoir accès à son cœur, au cœur de Jésus, il y a une seule condition : sentir que l’on a besoin d’une guérison et Lui faire confiance. »

Paroles du pape avant l’angélus :

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Evangile de ce dimanche (cf. Mc 5,21-43) présente deux prodiges réalisés par Jésus, en les décrivant presque comme une sorte de marche triomphale vers la vie.

D’abord l’Evangéliste parle d’un certain Jaïre, l’un des chefs de la synagogue, qui vient à Jésus et le supplie de venir chez lui parce que sa fille de douze ans est mourante. Jésus accepte et va avec lui; mais, le long du chemin, parvient la nouvelle que la jeune est morte. Nous pouvons imaginer la réaction de ce papa. Mais Jésus lui dit: «Ne crains pas, crois seulement !» (v. 36). Arrivés à la maison de Jaïre, Jésus fait sortir les gens qui pleuraient – il y avait aussi les femmes pleureuses qui criaient fort – et il entre dans la chambre seul avec les parents et trois disciples, et s’adressant à la défunte, dit : «Jeune fille, je te le dis, lève-toi!» (v. 41). Aussitôt la jeune fille se leva, comme si elle se réveillait d’un sommeil profond (cf. v. 42).

Dans le récit de ce miracle, Marc en insère un autre : la guérison d’une femme qui souffrait d’hémorragies et qui est guérie aussitôt qu’elle touche le vêtement de Jésus (cf. v. 27). Ici frappe le fait que la foi de cette femme attire – j’ai envie de dire « vole » – la puissance salvifique divine qu’il y a dans le Christ, lequel, sentant qu’une force « était sortie de lui », cherche à comprendre qui c’était. Et quand la femme, honteuse, s’avance et confesse tout, Il lui dit : «Ma fille, ta foi t’a sauvée.» (v. 34).

Il s’agit de deux récits encastrés, avec un unique centre : la foi; et ils montrent Jésus comme source de vie, comme Celui qui redonne la vie à celui qui se confie pleinement à Lui. Les deux protagonistes, c’est-à-dire le père de la jeune fille et la femme malade, ne sont pas des disciples de Jésus mais sont exaucés pour leur foi. De cela nous comprenons que tout le monde est admis sur le chemin du Seigneur : personne ne doit se sentir un intrus, un abuseur ou un illégitime. Pour avoir accès à son cœur, au cœur de Jésus, il y a une seule condition : sentir que l’on a besoin d’une guérison et Lui faire confiance. Je vous demande : chacun de vous sent-il qu’il a besoin de guérison ? De quelque chose, de quelque péché, de quelque problème ? Et, s’il sent cela, a-t-il foi en Jésus ? Ce sont les deux conditions pour être guéris, pour avoir accès à son cœur : sentir que l’on a besoin de guérison et se confier à Lui. Jésus va découvrir ces personnes dans la foule et les soustrait à l’anonymat, il les libère de la peur de vivre et d’oser. Il le fait avec un regard et avec une parole qui les remet en chemin après tant de souffrances et d’humiliations. Nous aussi nous sommes appelés à apprendre et à imiter ces paroles qui libèrent et ces regards qui rendent, à celui qui en est privé, la volonté de vivre.

Dans cet extrait évangélique s’entrecroisent les thèmes de la foi et de la vie nouvelle que Jésus est venu offrir à tous. Ils entrent dans la maison où la jeune fille gît morte, Il chasse tous ceux qui s’agitent et se lamentent (cf. v. 40) et dit : «L’enfant n’est pas morte : elle dort.» (v. 39). Jésus est le Seigneur, et devant Lui la mort physique est comme un rêve : il n’y a pas de raison de désespérer. Autre chose est la mort dont il faut avoir peur : celle du cœur endurci par le mal ! De celle-là, il faut avoir peur ! Quand nous sentons que nous avons le cœur endurci, le cœur qui s’endurcit, et permettez-moi l’expression, le cœur momifié, nous devons avoir peur de cela. C’est la mort du cœur. Mais le péché aussi, pour Jésus, même le cœur momifié, n’est jamais le dernier mot, parce qu’Il nous a apporté la miséricorde infinie du Père. Et même si nous sommes tombés bas, sa voix tendre et forte nous rejoint : «je te le dis, lève-toi!». Il est beau d’entendre cette parole de Jésus adressée à chacun de nous : «je te le dis, lève-toi!» Va. Lève-toi, courage, lève-toi ! Et Jésus redonne la vie à l’enfant et redonne la vie à la femme guérie :vie et foi ensemble.

Demandons à la Vierge Marie d’accompagner notre chemin de foi et d’amour concret, spécialement envers celui qui est dans le besoin. Et invoquons son intercession maternelle pour nos frères qui souffrent dans le corps et dans l’esprit.

Paroles du pape après l’angélus :

Chers frères et sœurs,

En renouvelant ma prière pour le bien-aimé peuple du Nicaragua, je désire m’unir aux efforts que sont en train de réaliser les évêques du pays et beaucoup de personnes de bonne volonté, dans leur rôle de médiation et de témoignage pour le processus de dialogue national en cours sur la voie de la démocratie.

La situation en Syrie reste grave, en particulier dans la province de Daraa, où les actions militaires de ces derniers jours ont touché aussi des écoles et des hôpitaux, et ont causé des milliers de nouveaux réfugiés. Je renouvelle, avec ma prière, mon appel pour que soit épargnées davantage de souffrances à la population déjà durement éprouvée depuis des années.

Au milieu de tant de conflits, il faut signaler une initiative que l’on peut définir historique – et l’on peut dire aussi que c’est une bonne nouvelle : ces jours-ci, après 20 ans, les gouvernants d’Ethiopie et d’Erythrée ont recommencé à parler ensemble de paix. Que cette rencontre puisse allumer une lueur d’espérance dans ces deux pays de la Corne d’Afrique et pour tout le continent africain.

J’assure de ma prière aussi pour les jeunes piégés depuis plus d’une semaine dans une grotte souterraine en Thaïlande.

Samedi prochain, je me rendrai à Bari, avec de nombreux chefs d’Eglises et de communautés chrétiennes du Moyen-Orient. Nous vivrons une journée de prière et de réflexion sur la situation toujours dramatique de cette région, où tant de nos frères et sœurs dans la foi continuent à souffrir, a-t-il expliqué, et nous implorerons d’une seule voix : “Que la paix soit sur toi!” (Ps 122,8 ). Je demande à tous d’accompagner par la prière ce pèlerinage de paix et d’unité.

J’adresse mes salutations à vous tous, romains et pèlerins. Je salue en particulier les fidèles venus du Portugal et les prêtres de l’Institut Sacerdos de l’Athénée pontifical Regina Apostolorum; ainsi que les Sœurs franciscaines de la Pénitence et Charité chrétienne de la Pologne.

Je salue les groupes paroissiaux et les associations ; les Sœurs Missionnaires de Notre Dame des Apôtres, le groupe des jeunes de l’Unité pastorale de Gallio, du diocèse de Padoue, et la famille spirituelle du Très Précieux Sang du Christ, auquel est dédié spécialement le mois de juillet.

A tous je souhaite un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon appétit et au revoir !
-------------------------------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Angélus : pour Dieu personne n’est un « intrus » :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Angélus : pour Dieu personne n’est un « intrus »

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Gratuitement, tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: