Gratuitement, tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr

Plus de 3000 discours ou homélies, des centaines de photos et de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site ou sur CALENDRIER pour chercher une date précise, du 13 Mars 2013 à aujourd'hui).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  




Si vous voulez vous mettre au service des malades, à Lourdes, quelques jours par an,

découvrez l'HNDL, l'Hospitalité Notre-Dame de Lourdes !

Le site :
http://hospitalite-nd-lourdes.com/missions/accueil-des-pelerins.html

Pour tout renseignement, n'hésitez-pas à me contacter à :
newspapefrancois@free.fr



Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Unir les efforts face à la souffrance humaine

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3141
Date d'inscription : 17/03/2013

28042018
MessageUnir les efforts face à la souffrance humaine



Le pape a reçu, dans la Salle Paul VI du Vatican, ce samedi 28 avril 2018, à 11h30, les participants du quatrième congrès international sur la Médecine Régénératrice, organisé par le Conseil pontifical pour la culture, en collaboration avec la Fondation Cura, le projet STOQ et la Fondation Stem for Life. Il se déroule au Vatican du 26 au 28 avril sur le thème: « Unissez-vous pour guérir – Une initiative mondiale de soins de santé ».

Allocution du pape François :

Chers amis, bonjour!

Je vous souhaite cordialement la bienvenue à tous. Je remercie le cardinal Ravasi des paroles qu’il m’a adressées et d’avoir promu cette initiative. Elle offre un éventail de thèmes qui vont bien au-delà d’une réflexion théorique et indiquent un itinéraire à suivre.

Je me réjouis quand je vois des représentants de cultures, de sociétés et de religions différentes unir leurs forces, s’engager dans une voie commune de réflexion et d’engagement envers ceux qui souffrent, parce que la personne humaine est un point de rencontre et un «lieu» d’unité. En effet, face au problème de la souffrance humaine, il faut savoir créer des synergies entre les personnes et les institutions, même en dépassant les préjugés, pour cultiver la sollicitude et l’effort de tous en faveur de la personne malade.

Je remercie tous ceux qui ont souhaité apporter leur contribution à cet engagement du Conseil pontifical de la culture et des institutions qui y sont associées – la Fondation Science et Foi du Vatican, STOQ, la Fondation CURA et la Fondation Stem for Life -. Je suis particulièrement reconnaissant envers les différents dicastères du Saint-Siège qui ont collaboré à ce projet: la Secrétairerie d’État – Section des relations avec les États -, l’Académie pontificale pour la vie, l’Académie pontificale des sciences et le Secrétariat à la communication.
Le parcours de cette conférence est inclus dans quatre verbes: prévenir, réparer, traiter et préparer l’avenir. Je voudrais m’y arrêter brièvement.

Nous sommes de plus en plus conscients du fait que de nombreux maux pourraient être évités si l’on accordait plus d’attention au style de vie que nous menons et à la culture que nous promouvons.

Prévenir signifie avoir un regard à long terme sur l’être humain et l’environnement dans lequel il vit. Cela signifie penser à une culture d’équilibre dans laquelle tous les facteurs essentiels – éducation, activité physique, alimentation, protection de l’environnement, respect des «codes de la santé» issus des pratiques religieuses, diagnostics précoces et ciblés, etc. – peuvent nous aider à vivre mieux et avec moins de risques pour la santé.

C’est particulièrement important lorsque l’on pense aux enfants et aux jeunes, qui sont de plus en plus exposés aux risques de maladies liées aux changements radicaux de la civilisation moderne. Il suffit de réfléchir à l’impact de la cigarette, de l’alcool ou des substances toxiques dans l’air, l’eau et le sol sur la santé humaine (cf. encyclique Laudato si ‘, 20). Un pourcentage élevé de tumeurs et d’autres problèmes de santé chez les adultes peuvent être évités grâce à des mesures préventives prises pendant l’enfance. Cela nécessite toutefois une action globale et constante qui ne peut être déléguée aux institutions sociales et gouvernementales, mais exige l’engagement de chacun. Par conséquent, il est urgent de sensibiliser davantage la population à une culture de la prévention comme le premier pas vers la protection de la santé.

Il faut également souligner avec une grande satisfaction le grand effort de recherche scientifique visant à la découverte et à la diffusion de nouveaux traitements, surtout lorsqu’ils touchent le délicat problème des maladies rares, auto-immunes, neurodégénératives et bien d’autres. Ces dernières années, les progrès de la recherche cellulaire et de la médecine régénérative nous ont permis d’atteindre de nouveaux objectifs dans les techniques de réparation des tissus et les thérapies expérimentales, ouvrant un chapitre important du progrès scientifique et humain, résumé dans votre conférence de deux jours par les termes: réparer et guérir. Plus notre engagement dans la recherche est vaste, plus ces deux aspects deviendront pertinents et efficaces, ce qui nous permettra de répondre de manière plus adéquate, incisive et encore plus personnalisée aux besoins des personnes malades.

La science est un puissant moyen pour mieux comprendre à la fois la nature qui nous entoure et la santé humaine. Notre connaissance progresse et avec elle les moyens et les technologies les plus raffinées augmentent, permettant non seulement de regarder la structure la plus intime des organismes vivants, y compris les humains, mais même d’agir sur eux d’une manière profonde et précise jusqu’à rendre même possible la modification de notre propre ADN. Dans ce contexte, il est essentiel que nous prenions conscience de la responsabilité éthique envers l’humanité et l’environnement dans lequel nous vivons. Tout en saluant tous les efforts de recherche et d’application visant à la prise en charge des personnes souffrantes, l’Eglise rappelle aussi que l’un des principes de base est que « tout ce qui est techniquement possible ou réalisable n’est pour autant acceptable au plan éthique ». La science, comme toute autre activité humaine, sait qu’elle a des limites à respecter pour le bien de l’humanité elle-même et qu’elle a besoin d’un sens de la responsabilité éthique. La vraie mesure du progrès, comme l’a rappelé le bienheureux Paul VI, est ce qui vise le bien de tout homme et de tout l’homme (cf. encyclique Populorum progressio, 14).

Si nous voulons préparer l’avenir en assurant le bien de toute personne humaine, nous devons agir avec une sensibilité d’autant plus grande que les moyens à notre disposition deviennent puissants. Voilà notre responsabilité les uns envers les autres et envers tous les êtres vivants. En effet, nous devons réfléchir à la santé humaine dans un contexte plus large, en la considérant non seulement par rapport à la recherche scientifique, mais aussi à notre capacité de préserver et de protéger l’environnement et à la nécessité de penser à tout le monde, en particulier ceux qui vit des difficultés sociales et culturelles qui rendent l’état de santé et l’accès aux soins précaires.

Penser à l’avenir, c’est donc s’engager dans un itinéraire marqué par un double mouvement. Le premier, ancré dans une réflexion interdisciplinaire ouverte qui implique de nombreux experts et institutions et qui permette un échange mutuel de connaissances; le second, consistant en des actions concrètes en faveur de ceux qui souffrent. Ces deux mouvements exigent la convergence d’efforts et d’idées capables d’impliquer des représentants de différentes communautés: scientifiques et médecins, patients, familles, spécialistes de l’éthique et de la culture, chefs religieux, philanthropes, représentants des gouvernements et du monde de l’entreprise. Je suis particulièrement heureux que ce processus soit déjà en cours et que cette initiative en réunisse idéalement beaucoup de personnes pour le bien de tous.

Je vous encourage donc à cultiver avec audace et détermination les idéaux qui vous ont réunis et qui appartiennent déjà à votre itinéraire académique et culturel. Je vous accompagne et vous bénis; et je vous demande, s’il vous plaît, de prier pour moi aussi.

Merci !
---------------------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papefrancois.fr
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Unir les efforts face à la souffrance humaine :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Unir les efforts face à la souffrance humaine

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Gratuitement, tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr :: Vous êtes sur www.papefrancois.fr :: Derniers textes saisis :-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: