Tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr

Plus de 2500 discours ou homélies, des centaines de photos et des dizaines de vidéos ! (Cliquez sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  
Merci Seigneur pour ma semaine comme Hospitalier à Lourdes,
du vendredi 14 Juillet
au samedi 22 juillet.

Merci pour mon engagement à l'HNDL,
merci pour toutes les rencontres faites,
avec ces hospitaliers, cet enfant malade, cet homme
blessé par la vie avec qui j'ai pris mes repas certaines fois,
mes échanges avec Fabrice, Joël, etc...

Que le Seigneur vous bénisse !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Le pape encourage les laïcs à être une « maison de Béthanie » pour les prêtres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2537
Date d'inscription : 17/03/2013

24062017
MessageLe pape encourage les laïcs à être une « maison de Béthanie » pour les prêtres



En étant « amis des prêtres », en soutenant leur vocation et en accompagnant leur ministère, « vous pouvez être pour les prêtres comme la maison de Béthanie », a dit le pape aux participants à la 75e Convention de Serra International, ce vendredi 23 juin 2017. Les membres du réseau de promotion des vocations sont en effet réunis à Rome autour du thème : « Toujours de l’avant. Le courage de la vocation », du 22 au 25 juin.

Discours du pape François :

Monsieur le Cardinal, Excellence,

Chers frères et sœurs,

C’est une joie de vous saluer, vous tous qui êtes venus de nombreux endroits du monde, pour célébrer votre congrès international intitulé : « Toujours de l’avant. Le courage de la vocation ». Avec la joie de l’Évangile et l’audace typique de la mission chrétienne, vous vous êtes rassemblés pour redécouvrir, à l’école du Maître, le sens de chaque vocation chrétienne : offrir sa vie comme un don, « en oignant » ses frères avec la tendresse et la miséricorde de Dieu. Je remercie le Président de Serra International, le Docteur Dante Vannini, pour les salutations qu’il m’a adressées et je voudrais reprendre une de ses expressions qui me semble centrale dans l’expérience de la foi : être amis.

Être amis des prêtres, en soutenant leur vocation et en accompagnant leur ministère : c’est le grand don avec lequel vous enrichissez l’Église ! Un « serrano » est avant tout cela : un « ami particulier » que le Seigneur a mis à côté de certains séminaristes et de certains prêtres.

Le mot « ami » est devenu aujourd’hui un peu usé. Habitant les lieux de la vie métropolitaine, nous entrons tous les jours en contact avec des personnes différentes que nous définissons souvent comme des « amis » mais c’est une manière de dire. Et de même, dans l’horizon de la communication virtuelle, le mot « ami » est un des plus employés. Et pourtant, nous savons qu’une connaissance superficielle ne suffit pas pour activer cette expérience de rencontre et de proximité à laquelle se réfère le mot « ami ».

Et puis quand c’est Jésus qui l’emploie, il indique une vérité qui dérange : il n’y a de vraie amitié que quand la rencontre m’implique dans la vie de l’autre jusqu’au don de moi-même. En effet, Jésus dit à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs […] mais je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître » (Jn 15,15). Ainsi, il instaure un rapport nouveau entre l’homme et Dieu, qui dépasse la loi et se fonde sur un amour de confiance. En même temps, Jésus libère l’amitié du sentimentalisme et nous la remet comme un engagement de responsabilité, qui implique la vie : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15,13).

On est donc ami seulement si la rencontre ne reste pas externe et formelle mais devient partage du destin de l’autre, compassion, implication qui conduit jusqu’à se donner pour l’autre.

Cela nous fait du bien de penser à ce que fait un ami : il accompagne mon chemin avec discrétion et tendresse, il m’écoute en profondeur et sait aller au-delà des paroles, il est miséricordieux à l’égard des défauts, il est libre des préjugés, il sait partager mon parcours, me faisant sentir la joie de ne pas être seul, il ne me seconde pas toujours, mais précisément parce qu’il veut mon bien, il me dit sincèrement ce qu’il ne partage pas, il est prêt à m’aider à me relever chaque fois que je tombe

Cette amitié, vous cherchez à la donner aussi aux prêtres. Le Serra Club est un lieu où grandit cette belle vocation : être des laïcs amis des prêtres. Des amis qui savent les accompagner et les soutenir avec un sentiment de foi, avec la fidélité de la prière et avec l’engagement apostolique, des amis qui partagent l’étonnement de l’appel, le courage du choix définitif, les joies et les fatigues du ministère, des amis qui savent rester proches des prêtres, qui savent regarder avec compréhension et tendresse leurs élans généreux ainsi que leurs faiblesses humaines. Avec ces attitudes, vous pouvez être pour les prêtres comme la maison de Béthanie, où Jésus confiait à Marthe et Marie ses fatigues et, grâce à leur attention, pouvait se reposer et se restaurer.

Il  a un second terme qui vous caractérise et que vous avez choisi pour ce congrès : « Siempre adelante ! », Toujours de l’avant ! Je partage avec vous qu’il s’agit d’une expression clé de la vocation chrétienne. En effet, la vie du disciple missionnaire est marquée par le rythme qui lui est imprimé par l’appel ; la voix du Seigneur l’invite à abandonner le sol de ses sécurités et à commencer le « saint voyage » vers la terre promise de la rencontre avec lui et avec ses frères. La vocation est l’invitation à sortir de soi pour commencer à vivre la fête de la rencontre avec le Seigneur et parcourir les routes sur lesquelles il nous envoie.

Maintenant, celui qui ne se remet pas en cause ne peut marcher. Celui qui a peur de se perdre lui-même, selon l’Évangile (cf. Mt 16,25-26) n’avance pas vers le but. Aucun bateau ne sillonnerait les eaux s’il avait peur de laisser la sécurité du port. De même, aucun chrétien ne peut entrer dans l’expérience transformatrice de l’amour de Dieu s’il n’est disposé à se remettre en cause, mais s’il reste lié à ses projets et à ses acquis consolidés. Même les structures pastorales peuvent tomber dans cette tentation de se préserver au lieu de s’adapter au service de l’Évangile.

Le chrétien, au contraire, marchant sans crainte dans les sillons de la vie quotidienne, sait qu’il peut découvrir les initiatives surprenantes de Dieu quand il a le courage d’oser, quand il ne permet pas à la peur de prévaloir sur la créativité, quand il ne se raidit pas devant la nouveauté et qu’il sait embrasser les défis que l’Esprit lui lance, même quand ceux-ci lui demandent de changer de cap et de sortir des schémas.

L’image de saint Junipero qui, en boitant, s’obstine à vouloir se mettre en chemin vers San Diego pour y planter la croix nous éclaire ! J’ai peur des chrétiens qui ne marchent pas et se renferment dans leur niche. Il vaut mieux avancer en boitant, parfois en tombant mais en ayant confiance dans la miséricorde de Dieu, que d’être des « chrétiens de musée » qui craignent les changements et qui, ayant reçu un charisme ou une vocation, au lieu de se mettre au service de l’éternelle nouveauté de l’Évangile, se défendent et défendent leurs rôles.

D’ailleurs, la vocation est d’être appelés par un autre, c’est-à-dire ne plus se posséder, sortir de soi et se mettre au service d’un projet plus grand. Avec humilité, nous devenons alors collaborateurs de la vigne du Seigneur, renonçant à tout esprit de possession et de vaine gloire. Comme il est triste de voir que, parfois, nous-mêmes, hommes d’Église, nous ne savons pas céder notre place, nous ne réussissons pas à quitter nos tâches avec sérénité et nous peinons à laisser dans les mains des autres les œuvres que le Seigneur nous a confiées !

Vous aussi, alors, « siempre adelante ! » (Toujours de l’avant !) Avec courage, avec créativité et audace. Sans peur de renouveler vos structures et sans permettre que le précieux chemin entrepris perde l’élan de la nouveauté. Comme dans les jeux olympiques, puissiez-vous être toujours prêts à « passer le flambeau » surtout aux générations futures, conscients que le feu est allumé d’En-haut, qu’il précède notre réponse et dépasse notre travail. Telle est la mission chrétienne : « l’un sème et l’autre moissonne » (Jn 4,37).

Chers frères et sœurs, je vous exhorte à être de vrais amis des séminaristes et des prêtres, leur manifestant votre amour dans la promotion des vocations, dans la prière et la collaboration pastorale. Et surtout : toujours de l’avant ! En avant dans l’espérance, en avant avec votre mission, en regardant au-delà, en ouvrant grand les horizons, en faisant de la place aux jeunes et en préparant l’avenir. L’Église et les vocations sacerdotales ont besoin de vous. Que La Très Sainte Vierge Marie, Mère de l’Église et des prêtres, vous accompagne. Et, s’il vous plaît, priez aussi pour moi !
------------------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://papefrancois.jeun.fr
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le pape encourage les laïcs à être une « maison de Béthanie » pour les prêtres :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Le pape encourage les laïcs à être une « maison de Béthanie » pour les prêtres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr :: Quand quelqu’un fait un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. (Evangelii Gaudium) :: Tous les textes du Pape François-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: