Tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr

Plus de 2500 discours ou homélies, des centaines de photos et des dizaines de vidéos ! (Cliquez sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Angélus de l'Immaculée Conception : « Quel oui dois-je dire à Dieu aujourd’hui ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2516
Date d'inscription : 17/03/2013

08122016
MessageAngélus de l'Immaculée Conception : « Quel oui dois-je dire à Dieu aujourd’hui ? »





« Quel oui dois-je dire à Dieu aujourd’hui ? ». C’est la question que le pape François a invité à se poser lors de la prière de l’angélus, pour la fête de l’Immaculée conception, ce 8 décembre 2016.

Paroles du pape avant l’angélus :

Chers frères et sœurs, bonne fête !

Les lectures de la Solennité de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie présentent deux passages cruciaux dans l’histoire des relations entre l’homme et Dieu : nous pourrions dire qu’ils nous conduisent à l’origine du bien et du mal. Ces deux passages nous conduisent à l’origine du bien et du mal. Le livre de la Genèse montre le premier « non », le non des origines, le non humain, quand l’homme a préféré se regarder lui-même plutôt que son Créateur, qu’il a voulu en faire à sa tête, qu’il a choisi de se suffire à lui-même. Mais, en faisant ainsi, en sortant de la communion avec Dieu, il s’est perdu lui-même et il a commencé à avoir peur, à se cacher et à accuser ceux qui lui étaient proches (cf. Gn 3,10.12). Ce sont des symptômes : la peur est toujours un symptôme de « non » à Dieu, elle indique que je suis en train de dire non à Dieu. Accuser les autres sans se regarder soi-même indique que je m’éloigne de Dieu. Le péché fait cela. Mais le Seigneur ne laisse pas l’homme à la merci de son mal ; aussitôt il le cherche et lui adresse une question pleine d’appréhension : « Où es-tu donc ? » (v. 9). Comme s’il disait : « Mais arrête-toi, réfléchis, où es-tu ? ». C’est la question d’un père ou d’une mère qui cherche son enfant perdu : « Où es-tu ? Dans quelle situation as-tu fini ? ». Et cela Dieu le fait avec tant de patience, jusqu’à combler la distance créée aux origines. C’est le premier passage.

Le second passage crucial est raconté aujourd’hui dans l’Evangile, quand Dieu vient habiter parmi nous, qu’il se fait homme comme nous. Et cela a été possible grâce à un grand oui. Il y a le péché du « non ». Celui-ci est le « oui », c’est un grand « oui », celui de Marie au moment de l’Annonciation. Par ce « oui » Jésus a commencé son chemin sur les routes de l’humanité ; il l’a commencé en Marie, en passant les premiers mois de sa vie dans le sein de sa maman : il n’est pas apparu déjà adulte et fort, mais il a suivi tout le parcours d’un être humain. Il s’est fait en tout égal à nous, excepté une chose : ce « non », le péché. Pour cela il a choisi Marie, l’unique créature sans péché, immaculée. Dans l’Evangile, avec une seule parole, elle est dite « comblée de grâce » (Lc 1,28), c’est-à-dire remplie de grâce. Cela veut dire qu’en elle, remplie tout de suite de grâce, il n’y a pas de place pour le péché. Et nous aussi, quand nous nous adressons à elle, nous reconnaissons cette beauté : nous l’invoquons « pleine de grâce », sans ombre de mal.

Marie répond à la proposition de Dieu en disant : « Voici la servante du Seigneur » (v. 38). Elle ne dit pas : « Cette fois je ferai la volonté de Dieu, je me rends disponible, puis je verrai… ». Non. Son oui est entier, total, pour toute la vie, sans condition. Et comme le non des origines avait fermé le passage de l’homme vers Dieu, ainsi le oui de Marie a ouvert le chemin à Dieu parmi nous. C’est le oui le plus important de l’histoire, le oui humble qui renverse le non orgueilleux des origines, le oui fidèle qui guérit la désobéissance, le oui disponible qui renverse l’égoïsme du péché.

Pour chacun de nous aussi il y a une histoire de salut faite de oui et de non. Mais parfois, nous sommes experts dans les « oui à moitié » : nous sommes bons pour faire semblants de ne pas bien comprendre ce que Dieu voudrait et ce que la conscience nous suggère. Nous sommes aussi rusés, et pour ne pas dire un vrai non à Dieu, nous disons : « je ne peux pas », « pas aujourd’hui, mais demain » ; « demain je serai meilleur, demain je prierai, je ferai du bien, mais demain ». Et cette ruse nous éloigne du « oui », nous éloigne de Dieu et nous conduit au « non », le « non » du péché, le « non » de la médiocrité. Le fameux « oui mais… ». « Oui Seigneur, mais… ».

Ainsi nous fermons la porte au bien, et le mal profite de ces « oui » manqués. Chacun de nous en a une collection intérieure. Pensons-y, nous en trouverons beaucoup, de ces « oui » manqués. Au contraire chaque « oui » entier à Dieu est l’origine d’une nouvelle histoire : dire oui à Dieu est vraiment “original”, mais pas le péché, qui nous rend vieux de l’intérieur. Avez-vous pensé à cela, que le péché nous vieillit de l’intérieur, qu’il nous vieillit prématurément ? Chaque oui à Dieu engendre des histoires de salut pour nous et pour les autres. Comme Marie avec son « oui ».

En ce chemin de l’Avent, Dieu désire nous rendre visite et attend notre oui. Pensons : « Aujourd’hui, quel ‘oui’ dois-je dire à Dieu ? ». Pensons-y, cela nous fera du bien, et nous trouverons en nous la voix du Seigneur qui nous demande quelque chose, un pas en avant. « Je crois en Toi, j’espère en Toi, je T’aime; que ta volonté de bien se fasse en moi ». Ces « oui ». Avec générosité et confiance, comme Marie, disons aujourd’hui, chacun de nous, ce oui personnel à Dieu.

Paroles du pape après l’angélus :

Chers frères et sœurs,

Hier un fort tremblement de terre a touché l’île de Sumatra, en Indonésie. Je désire assurer de ma prière pour les victimes et pour leurs proches, pour les blessés et pour ceux qui ont perdu leur maison. Que le Seigneur donne force à la population et soutienne les opérations de secours.

Je vous salue tous avec affection, pèlerins présents aujourd’hui, spécialement les familles et les groupes paroissiaux. Je salue les fidèles de Rocca di Papa avec le flambeau de Noël, le groupe “Progetto Rebecca” qui s’occupe des enfants dans le besoin et les fidèles de Biella.

En cette fête de Marie Immaculée, l’Action catholique italienne vit le renouvellement de son adhésion. J’adresse une pensée spéciale à toutes ses associations diocésaines et paroissiales. Que la Vierge bénisse l’Action catholique et la rende toujours plus école de sainteté et de service généreux à l’Eglise et au monde.

Cet après-midi je me rendrai place d’Espagne pour renouveler le traditionnel acte d’hommage et de prière aux pieds de l’Immaculée. Ensuite j’irai à Sainte-Marie-Majeure, prier la Vierge Salus populi romani. Je vous demande de vous unir spirituellement à moi en ce geste, qui exprime la dévotion filiale à notre Mère céleste. A tous je souhaite une bonne fête et un bon chemin d’Avent sous la conduite de la Vierge Marie. S’il-vous-plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon appétit et au-revoir !
-------------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://papefrancois.jeun.fr
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Angélus de l'Immaculée Conception : « Quel oui dois-je dire à Dieu aujourd’hui ? » :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Angélus de l'Immaculée Conception : « Quel oui dois-je dire à Dieu aujourd’hui ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr :: Quand quelqu’un fait un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. (Evangelii Gaudium) :: Tous les textes du Pape François-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: