Tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr

Plus de 2500 discours ou homélies, des centaines de photos et des dizaines de vidéos. (Cliquer sur ACCUEIL pour utiliser le GOOGLE de ce site).
 
AccueilAccueil  portailportail  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ImprimerImprimer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Le pape demande pardon aux pauvres pour les chrétiens qui détournent le regard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2648
Date d'inscription : 17/03/2013

11112016
MessageLe pape demande pardon aux pauvres pour les chrétiens qui détournent le regard




Le pape François a fait une démarche de repentance au nom des chrétiens qui détournent le regard devant les pauvres, en rencontrant des milliers de personnes en situation de précarité, le 11 novembre 2013, au Vatican.

Durant l’audience avec le pèlerinage « Fratello 2016 » qui a eu lieu salle Paul VI dans le cadre du Jubilé de la miséricorde, le pape s’est adressé à quelque 4000 gens de la rue, SDF ou personnes marginalisées de 22 pays, dont de nombreux Français.

« Je vous demande pardon, leur a-t-il dit dans son discours, si parfois je vous ai offensé par mes paroles et pour ne pas avoir dit ce que j’aurais dû dire ». « Je vous demande pardon, a-t-il ajouté, pour toutes les fois où nous chrétiens, devant une personne pauvre ou une situation de pauvreté, nous détournons le regard ».

S’exprimant en espagnol dans un discours improvisé, il a souligné : « Votre pardon pour des hommes et des femmes de l’Eglise qui ne veulent pas regarder ou n’ont pas voulu regarder est une eau bénite pour nous, (…) c’est nous aider à croire à nouveau que dans le cœur de l’Evangile, il y a la pauvreté (…) et que nous devons former une Eglise pauvre pour les pauvres ».

La vie est belle même dans les pires situations

Le pape François a encouragé les plus pauvres à avoir des passions et des rêves : « Ne cessez pas de rêver. (…) Vous devez nous apprendre, à nous tous qui avons un toit, à ne pas être satisfaits ». En effet, « seul celui qui sent qu’il lui manque quelque chose regarde vers le haut et rêve. Celui qui a tout ne peut pas rêver ! »

A plusieurs reprises, le pape a cité en français les paroles de Christian, un ancien de la rue qui avait donné son témoignage un peu plus tôt : « Et la vie devient si belle », a-t-il ainsi souligné sous les applaudissements. Et le pape de saluer la « dignité » des pauvres qui ont « la capacité de voir que la vie est belle même dans les pires situations ».

« Pauvre oui, mais pas esclave ; pauvre oui, mais pas exploité », a-t-il scandé : « La pauvreté est dans le cœur de l’Evangile, pour être vécue. L’esclavage n’est pas dans l’Evangile pour être vécu mais pour en être libéré ».

Au fil de son discours, le pape a souligné que l’un des fruits de la pauvreté est « la capacité d’être solidaire ». Il a demandé aux plus démunis d’enseigner la solidarité au monde. « Quand il y a beaucoup de richesse on oublie la solidarité, on oublie la capacité d’être solidaires parce qu’on est habitué à tout avoir ».

Le pape François a aussi encouragé les pauvres à défendre la paix contre « la plus grande des pauvretés » qui est « la guerre ». « Dans votre pauvreté, dans votre situation, vous pouvez être des artisans de paix, a-t-il assuré. La guerre se fait entre riches pour posséder plus, pour avoir plus de territoire, plus de pouvoir, plus d’argent ».

« Nous avons besoin de paix dans le monde ! Nous avons besoin de paix dans l’Eglise », a encore souligné le pape. Il a conclu la rencontre par une prière demandant au Seigneur pour les pèlerins la « force », la « joie » et l’aptitude à la solidarité.

Les pauvres prient pour le pape des pauvres

C’est le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, qui avait ouvert l’audience en affirmant que « dans la grande fraternité de l’Eglise, (les pauvres) sont notre ‘trésor’, notre richesse ». « Ce qui caractérise les amis de Jésus, a-t-il souligné, c’est qu’ils ont toujours les pauvres avec eux ».

Le Primat des Gaules a salué l’exemple des hommes et des femmes à l’origine du pèlerinage Fratello : ils « ont pris l’Evangile au sérieux », notamment en partageant leur vie avec les plus démunis. Au sein d’appartements partagés, entre ces « colocataires de l’Evangile », a-t-il constaté, « il n’y a ni pauvres ni riches, mais une fraternité unie par une même destinée ».

Il a demandé au pape qu’à la fin de la rencontre, quelques pèlerins puissent prier pour lui, en posant leurs mains sur ses épaules : « Ce sera la prière des pauvres pour le Pape des Pauvres ! ». Ainsi un groupe a entouré l’évêque de Rome, qui s’est recueilli tandis qu’une chorale de gens la rue fondée à Nantes chantait un « Veni Sancte Spiritus ».

Etienne Villemain, président de « Fratello » et responsable de l’association Lazare, a témoigné des appartements partagés avec des personnes de la rue, lancés à Paris. « Merci très Saint Père, a-t-il lancé, de nous rappeler si souvent avec tant de bienveillance que la place des pauvres est au cœur de l’Eglise et non devant sa porte ». Il a aussi solennellement demandé au pape de lancer les « Journées mondiales des pauvres ».

Christian, un ancien de la rue, atteint de schizophrénie, a exprimé sa foi en Dieu, avant de verser des larmes d’émotion devant le pape qui l’a béni. Au terme de l’audience, le pape a fait un long bain de foule, recevant de nombreux présents. Pendant ce temps, la chorale interprétait la « chanson de l’Auvergnat », en mémoire des morts de la rue.
---------------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/

Discours intégral du pape François :

Merci à Christian et Robert. Merci à vous tous. D’être venus ici, nous rencontrer, de me rencontrer, de prier pour moi. Comme l’a dit le Cardinal [Barbarin], vos mains sur ma tête me donnent la force de poursuivre ma mission, dans la prière de l’imposition des mains. Merci beaucoup. J’ai pris note de quelques paroles des deux témoignages ; et après les avoir données, il y aura ensuite des gestes.

Robert a dit qu’en tant qu’êtres humains nous ne sommes pas différents des grands de ce monde. Nous avons nos passions et nos rêves que nous cherchons à poursuivre pas à pas. La passion et le rêve : deux mots qui peuvent aider. La passion qui parfois nous fait souffrir, nous tend des pièges, internes et externes ; la passion de la maladie… Les mille passions. Mais aussi se passionner soi même pour aller de l’avant – la bonne passion – et cette passion nous amène à rêver.

Selon moi, un homme ou une femme sont pauvres, mais d’une pauvreté différente de la vôtre, quand cette homme ou cette femme perdent la capacité de rêver, perdent la capacité de développer une passion. Ne vous arrêtez pas de rêver ! Le rêve d’un pauvre, d’un de ceux qui n’ont pas de toit, quel sera t-il ? Je ne sais pas, mais rêvez. Vous rêviez de pouvoir un jour venir à Rome, et le rêve s’est réalisé. Rêvez qu’on peut changer le monde, et ceci est une graine qui naît dans votre cœur.

Un de ceux qui ont parlé au début – Etienne Villemain – se rappelait d’une de mes paroles que j’utilise souvent : la pauvreté est au cœur de l’Évangile. Seul celui qui sent qu’il lui manque quelque chose, regarde vers le haut et rêve ; celui qui a tout ne peut pas rêver ! Les gens, les simples, suivaient Jésus parce qu’ils rêvaient qu’Il les guériraient, leur ferait du bien et ils le suivaient et Lui les libérait. Des hommes et des femmes avec des passions et des rêves. Ceci est la première chose que je voulais vous dire. Enseignez à nous tous, qui avons un toit, de la nourriture et des médicaments, enseignez-nous à ne pas être satisfaits. Avec vos rêves, enseignez-nous à rêver, enseignez-nous à rêver à partir de l’Évangile, là où vous êtes, au cœur de l’Évangile.

Une deuxième parole, qui n’a pas été dite, mais qui était dans l’état d’esprit de ceux qui ont parlé et dans le vôtre, qui est venue dans mon cœur, quand Robert a dit dans sa langue : [en français] « Et la vie devient si belle ! » Qu’est-ce que cela veut dire ? Que la vie devient belle pour nous, que nous réussissons à la trouver belle même dans les pires situations dans lesquelles vous vivez. Ceci signifie dignité : c’est le mot qui m’est venu. La capacité de trouver la beauté jusque dans les choses les plus tristes et les plus douloureuses, seul un homme ou une femme qui a la dignité peut l’avoir. Pauvres oui, misérables non ! Cette dignité qu’eut Jésus, qui est né pauvre, qui a vécu pauvre ; la même dignité qu’a la Parole de l’Évangile ; la même dignité qu’a un homme ou une femme qui vit de son travail. Pauvres oui, dominés non ! Exploités non !

Je sais que bien des fois vous avez rencontré des personnes qui voulaient exploiter votre pauvreté, qui voulaient l’utiliser ; mais je sais aussi que ce sentiment de voir que la vie est belle, ce sentiment, cette dignité vous a empêché de devenir esclaves. Pauvre oui, esclaves non ! La pauvreté est au cœur de l’Évangile, pour être vécue. L’esclavage n’est pas là dans l’Évangile pour être vécu, mais pour être libéré !

Robert disait que pour chacun d’entre vous, la vie, parfois, très souvent, se fait difficile. Il a dit dans sa langue : [en français] « pour beaucoup d’autres, la vie a été beaucoup plus difficile que pour moi même ». Pour beaucoup d’autres nous voyons que la vie a été plus difficile que pour moi même ; nous trouvons toujours quelqu’un de plus pauvre que nous. Cela aussi donne la dignité : savoir être solidaires, savoir s’aider, savoir donner la main à qui est en train de souffrir plus que moi. La capacité d’être solidaire est un des fruits que nous donne la pauvreté. Quand il y a beaucoup de richesses, on oublie d’être solidaire, parce qu’on s’est habitué au fait qu’on ne manque de rien ! Quand la pauvreté te porte parfois à souffrir, elle te rend solidaire et te fait tendre la main à celui qui vit dans une situation plus difficile que la tienne. Merci pour cet exemple que vous donnez. Enseignez la solidarité au monde !

L’insistance du témoignage de Christian sur le mot « paix » m’a interpellé. Une phrase qui ici parlait de sa paix intérieure : [en français] « J’ai trouvé la paix du Christ que j’ai cherchée ». …. Ensuite il parle de la paix et de la joie qu’il a trouvées quand il a commencé à faire partie de la chorale de Nantes. Et à la fin,il m’a adressé un appel. Il m’a dit : [en français] « vous qui connaissez le problème de la paix dans le monde, je Vous demande de continuer votre action en faveur de la paix ». La plus grande pauvreté, c’est la guerre. Et la pauvreté qui détruit. Écouter cela de la bouche d’un homme qui a souffert de la pauvreté matérielle, pauvreté de santé, c’est un appel à travailler pour la paix. La paix qui pour nous chrétiens a commencé dans une étable d’une famille marginalisée ; la paix que Dieu veut pour chacun de ses enfants. Et vous, en partant de votre pauvreté, de votre situation, vous êtes, vous pouvez être constructeurs de paix. Les guerres se font entre riches, pour avoir plus, posséder plus de territoire, plus de pouvoir, plus d’argent… C’est très triste quand on arrive à se faire la guerre entre pauvres, parce que c’est une chose rare : les pauvres sont, par leur propre pauvreté, plus enclins à être artisans de paix. Faites la paix ! Créez la paix ! Donnez des exemples de paix ! Nous avons besoin de paix dans le monde. Nous avons besoin de la paix dans l’Église ; toutes les Églises ont besoin de paix ; toutes les religions ont besoin de croître dans la paix, parce que toutes les religions sont messagères de paix ; mais elles doivent cependant croître dans la paix. Aidez chacun dans sa propre religion. Cette paix qui vient de la souffrance, du cœur, cherchant cette harmonie qui te donne la dignité.

Je vous remercie d’être venus me voir. Je vous remercie pour les témoignages. Je vous demande de m’excuser si j’ai pu parfois offenser avec mes paroles ou pour ne pas avoir dit les choses que j’aurais dû dire. Je vous demande pardon au nom des chrétiens qui ne lisent pas les Évangiles en y trouvant la pauvreté au centre. Je vous demande pardon pour toutes les fois où nous chrétiens, devant une personne pauvre ou une situation de pauvreté, nous regardons de l’autre côté. Pardon. Votre pardon pour les hommes et les femmes d’Église qui ne veulent pas vous regarder ou n’ont pas voulu vous regarder, c’est de l’eau bénite pour nous ; c’est le grand nettoyage pour nous ; c’est nous aider à croire à nouveau que le cœur de l’Évangile c’est la pauvreté comme grand message, et que nous – les catholiques, les chrétiens, tous – nous devons former une Église pauvre pour les pauvres ; et que chaque homme et chaque femme, quelle que soit sa religion, doit voir en chaque pauvre le message de Dieu qui se fait proche et se fait pauvre pour nous accompagner dans la vie.

Que Dieu bénisse chacun d’entre vous. Je veux faire une prière pour vous, maintenant. Vous restez assis, comme vous l’êtes, et je ferai la prière.

Dieu, Père de nous tous, de chacun de tes fils, je te demande de nous donner la force, de nous donner la joie, de nous enseigner à regarder de l’avant, de nous enseigner à être solidaires parce que nous sommes frères et de nous aider à défendre notre dignité.

Tu es le Père de chacun d’entre nous. Bénis nous, o Père. Amen.
---------------------------------------------
Source : https://fr.zenit.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://papefrancois.jeun.fr/f1-tous-les-textes-du-pape-francois
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le pape demande pardon aux pauvres pour les chrétiens qui détournent le regard :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Le pape demande pardon aux pauvres pour les chrétiens qui détournent le regard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Tous les textes du Pape François sur www.papefrancois.fr :: Quand quelqu’un fait un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. (Evangelii Gaudium) :: Tous les textes du Pape François-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: